Nicolas Mingasson, Prix Erwan Bergot 2018

Classé dans : AJD | 0

Le 12 novembre, le CEMAT, le général Bosser, a remis à Nicolas Mingasson, le prestigieux prix Erwan Bergot 2018. Ce prix littéraire de l’armée de terre récompense, depuis 1995, « un ouvrage contemporain de littérature française qui témoigne d’un engagement actif, d’une véritable culture de l’audace au service de la collectivité ilotes de combat ». Le livre récompensé : « Pilotes de combat ». En couverture, la photo d’une moitié d’hélicoptère « Gazelle » car, dans le crash raconté dans le livre, la moitié de l’équipage est mort, c’est-à-dire l’un des deux équipiers. Ce 10 juin 2011, en Afghanistan, c’est une tempête qui a abattu la Gazelle, pas des tirs ennemis. Le survivant, Matthieu Fotius, a confié à Nicolas Mingasson (on se souvient de son « monument » intitulé « 1929 jours » qu’il était venu présenter à l’AJD) ses souvenirs. Celui-ci en a fait un récit magnifique et puissant : il y dit la fraternité qui survit à la mort, la douleur, l’angoisse, le métier exigeant, le courage grand et humble. La puissance vient de la forme du récit : le survivant dialogue avec celui qui est mort. Elle vient du style : direct, limpide, vrai. Elle vient aussi du fond : on est dans l’intimité de cet équipage durant les 15 jours de leurs mission Afghane ; on est dans la machine au moment du crash. On se crashe avec eux. Et la veuve et les enfants du pilote tué dans l’accident ont, désormais, un récit concret pour y appuyer leur deuil et leur fierté. Bruno Besson

Nicolas Mingasson, d’après un récit de Mathieu Fotius, Les Belles Lettres, 136 pages, 11€

Laisser un commentaire